La terre à boire

Votre prénom préféré est Nicolas? Les postillons ne vous dérangent pas? Vous avez une vieille pub Gévéor en déco dans le salon? Ce podcast est fait pour vous.

Soyons honnêtes, allez, on se dit tout, en matière de vin on n’y connaît rien. Je parle pour le commun des mortels qui renifle son verre, le glougloute et tente une rapide analyse en passant à table après s’être préalablement cramé les papilles et le palais avec cinq ricards à l’apéro.
À moins de s’y intéresser un minimum, de se pencher un tant soi peu sur la question à un moment où un autre de sa vie, le vin reste pour beaucoup du jus de raisin fermenté qui fait tourner la tête et vient d’un peu partout en France. Mais la géographie c’est comme le vin, à moins de s’y intéresser un minimum, de se pencher bla-bla-bla, vous voyez ce que je veux dire. Ou alors je me gourre et, je reste ouvert à cette possibilité qui m’a déjà été soufflée, je suis un abruti total qui ne comprend rien à rien et, pour couronner le tout, doté d’une mémoire de poisson rouge. Je valide complètement ce dernier point, j’ai beau m’intéresser à un sujet, voire même à des gens, ma mémoire à un système de sélection incompréhensible qui me permet de savoir qui a composé la musique de Chapi Chapo mais de buter sur le prénom de mes proches. Très pratique pour faire le malin en bouffant des apericubes, un peu moins niveau relations sociales. Bref, je m’égare, le sujet du jour c’est le pinard!

Qui n’a jamais entendu un type parler de fraises, de fruits mûrs, d’humus ou de l’odeur de son école quand il avait cinq ans et qu’on lui avait piqué toutes ses billes à la récré en goûtant un vin? Cette pratique paraît obscure et inaccessible tant le jargon qui suit ces descriptions fleuries est abscons pour le commun des mortels qui décroche une fois qu’on lui a parlé de banane et de marronnier comme chaque automne. C’est là le tour de force de la terre à boire. Les types sont clairement passionnés, avec une grande envie de partager, ils s’y connaissent et ça s’entend MAIS, ils ont trouvé un format qui leur permet d’être à la fois pointus ET didactiques.
En effet, chaque mois est consacré à une région et aux vins qu’on y trouve à travers une sélection de quelques bouteilles représentatives qui sera détaillée hebdomadairement. On commence donc par réviser doucement sa géographie en échauffement et ça permet de visualiser un peu mieux des noms qu’on connaît déjà sans jamais en avoir su plus à leur sujet. C’est alors l’occasion pour nos oenophiles d’échanger avec des producteurs/trices, des sommelier(e)s ou autres technicien(ne)s du vin car, loin d’être une discussion de nerds introvertis dans une cave, ce podcast est l’occasion de mettre une voix et un discours passionné sur chaque bouteille évoquée et donc, une raison de plus d’avoir envie de la goûter. La place la plus grande est laissée à la passion, celle de l’intervenant tout d’abord puis celle de l’équipe qui pose des questions et donne son avis sur le vin goûté. C’est d’ailleurs un passage que j’apprécie beaucoup, la courte discussion finale sur les accords mets/vins (même s’ils essaient de caser du gibier quasiment tout le temps, mais Ho, sérieusement, qui mange encore du gibier regulièrement? ^^) et la dégustation qui reste compréhensible et non élitiste. Je comprends tout ce qu’ils disent et, ce que je ne comprends pas de suite est généralement explicité car le souci de l’auditeur est là, ils veulent partager que je vous dis! C’est devenu un rituel, j’adore les écouter en cuisinant le weekend et, ça me titille de plus en plus, je vais finir par choper une de leurs bouteilles pour la déguster en écoutant l’épisode qui lui est consacré.

Informations pénibles mais pratiques:
Hebdomadaire | 30 à 40 mins | Podcloud  | iTunes | SoundcloudTwitter | Facebook

Publicités