Parle à mon Luc

L’idée, que dis-je, le high-concept, trop compliqué à mettre en place à la base, et qui a finalement abouti aux podcasts « After Hate » et « Super Ciné Battle » prend enfin vie avec « Parle à mon Luc ». D’un simple commentaire audio des films Taxi entre Benjamin François et Daniel Andreyev nous avons franchi un gros level avec la mise en place de cette machine de guerre.
Les trois principaux acteurs du Robotics Podcast Universe (Daniel, Benjamin et Stéphane) se réunissent virtuellement pour visionner un film réalisé par môssieur Luc Besson (jeune réalisateur et scénariste d’environ 15 ans pour toujours) et branchent leurs micros. Un top au générique pour que les poditeurs se calent également sur le film et c’est parti. Un festival de vannes, un ping-pong d’anecdotes avec trois sources donc trois angles différents avec le déroulé du film en temps réel comme support. Le visionnage apporte un plus si on veut vivre le concept à fond mais n’est pas franchement nécessaire et se révèle parfois même frustrant quand ils ne parlent pas d’un détail qu’on relève nous-mêmes. Et puis faut pas déconner, j’ai testé avec un bout du « 5eme élément » mais pas avec « Jeanne D’Arc » on n’est pas venu là pour souffrir ok? La personnalité déjà appréciable et désormais connue des intervenants dans leurs autres podcasts prend toute son ampleur dans celui-ci puisqu’il dure donc le même temps que le film. On peut parler de courage si on considère la liste des œuvres qui les attend, voire même de folie puisqu’ils évoquent la possibilité d’élargir le concept à toute la « Bessonsploitation ».
De grands moments en perspective.

Informations pénibles mais pratiques:
Irrégulier | Selon la durée du film | siteiTunes | RSS | YouTube | Twitter | Facebook

Publicités

The paupiette chaud

 


Vous aimez la crépine? Vous aimez les écharpes? Vous adhérez au slogan: « le gras c’est la vie »? Ce podcast est fait pour vous!
Vous avez remarqué que des fois, dès le titre, on sait plus ou moins à quoi on risque d’avoir à faire? Arrêtons-nous deux secondes sur cette figure de style ultra complexe qui donne son identité au podcast en question.
On est sur de la boucherie charcuterie française, une recette à base d’escalope de veau et de farce grasse culturellement emblématique de la richesse de notre belle cuisine, l’intitulé est relevé d’une touche anglo-saxonne pour en souligner le rayonnement international et d’un trait de sauce et d’humour pour napper le tout en tordant le cou à l’anglicisme attendu à l’oral pour revenir sur le sol de notre beau pays et servir le podcast à bonne température. Bref, vous l’aurez compris, nous sommes à la croisée de la finesse et du gras, le tout généralement très arrosé.
Farce grasse, je déconne pas, c’est vraiment le nom de l’ingrédient et on aurait pu s’arrêter là mais ç’aurait été trop réducteur pour ce podcast délirant.
Jean-Bat et Mass reçoivent à leurs micros quelques énergumènes parmi une tripotée de cinglés plus ou moins réguliers et, dès le début, on a l’impression d’atterrir dans Very Bad Trip, on ne sait pas comment les choses vont tourner, par contre on sait pourquoi.
La formule a pris ses marques et passe désormais par une présentation apéritive des attablés et se poursuit par quelques coups de cœur d’actualité dans tous les domaines. Comme pour le ton, le fond ne connaît pas de limites, on parle de tout ici et c’est la même chose pour le thème qui servira de liant à la sauce ou baignent ces paupiettes de chroniqueurs qui, une fois passés l’apéro et une discussion à bâtons rompus autour du sujet choisi, se lanceront dans une compétition sans merci pour gagner l’écharpe emblématique de l’émission.
Car oui, ce qui fait le corps de l’émission relève de la compétition acharnée pendant laquelle il est presque aussi difficile de comprendre l’établissement des scores que de répondre aux questions liées au thème du jour. Cette partie quizz, toujours sur le thème établi qui va du sport à la fin du monde en passant par la Lorraine et autres régions de France, porte sur des news insolites récentes, prétexte a divagations, jeux de mots et autres digressions qui donnent soif. Ça cause, ça rigole, ça cause, ça meurt de rire et forcément la langue sèche et paf, on boit. L’erreur.
Passées quelques séries de questions l’élocution en prend un coup, et eux aussi par la même occasion. Même si on peut avoir des doutes à cause des voix ou intonations de certains dès le début, ce n’est que beaucoup plus tard que se révèle le degré de fatigue des invités qui, après moult rigolades et délires improvisés achèvent héroïquement le podcast, toujours vivants, toujours debout, en donnant collectivement un titre à l’émission dans la joie du barbarisme et l’amour de la langue.
Ô paupiette.

Informations pénibles mais pratiques:
Mensuel | Environ 1h | iTunes | Podcloud | Soundcloud | Twitter | Facebook

Ozef

Vous aimez rester dans le noir mais vous vous battez les reins de ce qu’il y a sur l’écran? Vous aimez les films mais ne pouvez pas blairer les avis pompeux des étudiant.e.s en cinéma ou les critiques masqués emplumés? Ce podcast est fait pour vous.
Grand vent de fraîcheur dans la critique ciné grâce au format podcast. Enfin un spectateur lambda peut répandre son avis, et donc enfin, on peut s’identifier à lui face au film pour peu qu’on ait l’impression de partager les mêmes goûts.
Attention, je ne dis pas que le type est inculte, ça j’en sais rien, peut-être, c’est pas le sujet, je m’enfonce là, mais c’est juste qu’il a l’humilité de ne pas étaler une culture cinématographique aussi boursouflée que les pop-corn que je ne supporte pas que les autres bouffent en pleine séance et qui divertirait de l’objet premier de la critique: le ressenti.
Et quel ressenti, « à chaud et en quelques minutes sur un film dont personne ne parle et dont tout le monde se fout » sauf lui. Telle est la devise du Podcast, heureusement un peu tordue dans tous les sens pour s’adapter aux sorties et ne pas parler uniquement de films Ouzbèques sous-titrés en Tadjik, ce qui aurait été rigolo cinq minutes mais bon, pfiouu.
Parce que le concept est marrant, certes, mais la mise en forme l’est tout autant. On tombe à nouveau (et ça a l’air d’être la règle dans les Podcast originaux) sur quelqu’un qui a quelque chose à dire mais aussi sa façon à lui de la dire. Et quelle façon. Je l’ai dit mais je le répète pour ceux du fond qui lisent ça vite fait du coin de l’œil parce qu’ils ont cliqué un peu par hasard parce qu’ils glandouillaient sur twitter au lieu de bosser et que cette phrase est trop longue et sans virgule pour qu’ils la comprennent et vont donc devoir la reprendre au début c’est bien fait pour eux haha z’avez qu’à être attentifs au lieu de relayer des trucs à la con relayez donc les trucs cool que vous aimez. Le concept est marrant certes, mais le mec d’Ozef l’est tout autant. Son phrasé franc et frais fait de phrases sans emphase mais d’impros avec accros et d’hesitations sans filet rattrapées sans prétention par des pirouettes, le tout avec le flow d’un apprenti rappeur qui en profitera pour s’entraîner avec cette phrase tiens.
On passe de films vraiment osef à d’autres pas du tout, de catastrophes à de bonnes surprises mais toujours sur un ton tellement simple et compréhensible que, ça paraît dingue mais on ne l’a jamais entendu nulle part ailleurs, et ça risque paradoxalement de continuer vu le taux d’invention au fil des épisodes. Le mec a clairement peur de lasser ou de s’ennuyer mais sans tomber dans la surenchère, jusqu’ici on est sur de l’humour drôle (bien joué!) et sans prétention (bien joué mais sans applaudissements). Bref, c’est toujours comme ça quand j’aime bien, je pense que je n’ai rien à dire et finalement j’arrive pas à m’arrêter de peur de ne pas assez bien le « vendre ».
Vous l’aurez compris, Ozef ne l’est pas du tout. Jetez vous dessus, c’est pas long, souvent drôle et, pour ce qui me concerne, super attachant.

Informations pénibles mais pratiques:
Hebdomadaire | Entre 10 et 20 min | iTunes | Podcloud | Soundcloud | Twitter | Facebook

Pardon maman


Vous êtes un peu débile? Faut absolument tout vous expliquer longtemps? Vous avez une culture générale de merde? Ce podcast est fait pour vous (ce qui veut dire qu’il devrait vous convenir hein, pas qu’ils le fabriquent exprès pour votre pomme hein, on s’est compris?).
Passés quelques mots d’intro et un générique qui fait secouer la tête en souriant parce qu’il pète sa race et arrive juste après des gros mots on y est. La fine équipe se présente et, bien qu’elle varie et soit encore appelée à varier (…à changer quoi, ça veut pas dire qu’elle pue), elle se constitue généralement de quatre ou cinq intervenants qui ont pour mission de rendre chacun un sujet vulgaire. Alors là bon, c’est comme quand j’ai vu la tagline du podcast, je me suis dit qu’il y avait tromperie sur la marchandise parce qu’à part un sujet sur les gros mots du capitaine Haddock y avait pas franchement de quoi s’offusquer mais bon. Passée la déception du manque flagrant de grossièretés on ne peut que se féliciter de la présence d’intelligence. Entre les différents membres de l’équipe déjà, dans ce cas on dit qu’elle est bonne, et dans chaque sujet abordé également, c’est de la bonne. Le ton, l’ambiance et les thèmes choisis font que tout glisse parfaitement entre sujets historiques, scientifiques ou societaux plus ou moins lourds, les anecdotes égrenées tout du long ainsi que les interventions des autres transforment quasiment un cours magistral en discussion de bistrot où l’on apprendrait des choses tout en s’en souvenant le lendemain et sans le mal de crâne. Dès le premier numéro j’ai été bluffé et j’attends toujours impatiemment ma prochaine récré de culture générale avec les potes de mes oreilles. Par contre j’ai toujours pas la vanne du titre, j’ai peut-être mal ecouté, pardon à vous.

Informations pénibles mais pratiques:
Bimensuel | environ 1h30 | iTunes | Deezer | Podcloud | Le site de Pardon Maman| Twitter | Facebook

Fruits de la station

Vous aimez les fruits? Vous aimez les stations? Ce podcast est fait pour vous.
Oui bon je sais, on va me dire que c’est un poil faiblard comme intro cette fois, ça paraît très con dit comme ça mais c’est un peu le principe. Laissez votre cerveau avec vos clés sur le guéridon dans l’entrée de chez mémé. Ce podcast est juste joyeusement fait par deux joyeuses personnes qui sont là pour être heu… joyeux. Et c’est tout. Jean-Bierre Bernaut et Ritchie Bouze ne vont pas chercher bien loin leurs réparties, blagues et bêtises ni leurs enchaînements et digressions hasardeuses mais c’est ce qui fait toute leur fraîcheur et donne toute la légèreté, la naïveté et la jubilation de ce podcast anti-prise de tête. La première de ces blagues étant un vouvoiement continu de ces deux complices rigolards qui donne un ton tout particulier à leurs échanges. Ça commence généralement par des retours sur leurs dernières séances cinéma et, bon, on va être clair tout de suite: l’ambition n’est pas du tout de refaire le masque et la plume. On est plutôt dans du « ouais c’était pas mal sauf que lui y joue comme une merde molle » ou du « je devais voir le dernier Assayas mais finalement y avait Fast and Furious ». L’avantage c’est que ça enchaine vite, on ne s’éternise pas puisque tout est prétexte à rebondir sur un jeu de mot lamentable ou une référence qui conduit à un autre sujet, toujours en gloussant. En fait c’est pas un podcast, c’est un trampoline à vannes. Nos deux types essaient ensuite de caser des « chroniques » dans cette heure de galopade mais bon, mis à part le fait d’avoir écrit quelques lignes sur un papier et d’essayer de s’y tenir pendant un peu plus longtemps, la différence avec le reste de l’émission n’est pas suuuper flagrante (point sympa: ça reste rigolo). Ils tentent donc un ou deux focus chacun sur des sujets choisis qui tournent vite en mode quizz, puis vient le moment du maxi-pitch, Ritchie raconte un film à Jean Bierre qui doit deviner s’il existe ou pas et enfin, parfois, un message de poditeur dont on n’entendra pas tout vu qu’ils parlent dessus. Je ne vois même pas pourquoi j’essaie de résumer le déroulement, il faut juste essayer, on accroche ou pas. Moi, à chaque fois, je me retrouve dans la peau de Philippe Bouvard, à sautiller des épaules en gloussant pendant qu’ils déblatèrent leurs trucs en rigolant.
Un Podcast plus proche d’une blanquette de veau que d’un succès si on en croit leur épisode 8.

Informations pénibles mais pratiques:
Plus ou moins mensuel | environ 1h30 | iTunes | Soundcloud | Podcloud | Le site de Fruits de la station | Twitter | Facebook

Super ciné battle

Vous aimez les burins? Vous scotchez sur les veines sinueuses d’un beau marbre blanc? Ce podcast est fait pour vous.

Daniel Andreyev et Stéphane Bouley sont avant tout deux cinémaniaques mais sont également atteints du même toc que ma mère devant ses placards: ils font des listes. Ils ont mêlé ces deux passions en se lançant le défi d’établir le classement ultime du cinéma mondial décennie par décennie.

Les poditeurs proposent des listes de trois films qui sont ensuite décortiqués et débattus un par un par nos deux spécialistes afin de leur trouver une place adéquate dans le classement. Ils n’y peuvent rien ça leur est tombé dessus comme ça, c’est une mission divine. Moïse avait ses tablettes, eux ont LA liste gravée dans le marbre qui définira à tout jamais que Rabbi Jacob est largement supérieur à Solaris de Tarkovski (si, ils ont osé!).

On a du mal à croire que rien n’est préparé mais c’est pourtant ce qui se dégage de leurs échanges, ils connaissent leur vaste sujet sur le bout des doigts, n’ont aucun a priori sur les genres et rares sont les films qui ont échappé à leurs yeux de démiurges cinéphiliques. Ce n’est pas pour autant qu’ils sont d’accord sur tout, les négociations vont bon train pour accorder une place particulière au chouchou de l’un ou de l’autre et la déception de voir monter ou descendre certains films dans le classement fait le sel de la compétition. À l’écoute, on essaie d’y caser ses propres goûts sans être écœuré par un flot de culture indigeste et on se laisse prendre au jeu en ayant finalement envie de mater tous les films évoqués pour les découvrir ou les revoir en se disant que franchement, parfois, les dieux sont tombés sur la tête.

Informations pénibles mais pratiques:
Tous les 15 jours (si tout va bien) | De 1h30 à 2h (Ça dépend de l’excitation de Stéphane Bouley et de la lassitude de Daniel Andreyev) | Le site de Super Ciné Battle où retrouver LA master-list | iTunesTwitter | Daniel Andreyev | Stéphane Bouley | Facebook